Difficulté en lien avec le temps passé en ligne

Difficulté en lien avec le temps passé en ligne

Difficulté en lien avec le temps passé en ligne

 

Les jeunes ayant un accès non limité à leur appareil peuvent parfois rester éveillés toute la nuit devant leurs écrans, à regarder des vidéos ou encore jouer à des jeux-vidéo. Or, les nombreux changements physiques et psychiques liés à l’adolescence prennent à ces jeunes une énergie considérable, ces derniers ayant ainsi besoin d’aller en puiser plus dans leur sommeil. Une étude de 2017 (Shechter et al., 2017) s’est intéressée aux effets de la lumière bleue générée par nos écrans (télévision, tablettes, Smartphones) ; les chercheurs ont pu démontrer que l’utilisation d’appareils émettant cette lumière bleue avant le coucher contribuait à exacerber les troubles du sommeil (perturbation du cycle sommeil-éveil, insomnies), supprimer l’hormone appelée mélatonine (hormone dite du sommeil permettant à celui-ci de se faire) ainsi qu’à l’excitation physiologique de l’individu (on peut penser à des jeunes trop excités tant sur le plan physique que verbal, à terme source de tension familiale). A force de répétition, les nuits sans sommeil ou avec un sommeil très perturbé impactent négativement la capacité de concentration de ces jeunes et ainsi leur scolarité à plus long terme.

Autre aspect : la sédentarité. Le risque de sédentarité consécutif à une trop grande immobilisation corporelle dans sa globalité est important. Celle-ci va impacter de façon négative l’hygiène de vie de ces jeunes en favorisant : un surpoids (manque de mobilité physique), une mauvaise alimentation (il sera de plus en plus difficile pour l’adolescent de se mettre à table autour d’horaires réguliers et de se nourrir sainement) ainsi qu’un certain isolement qui, à terme, va couper le jeune de son monde externe et le conduire à se renfermer sur lui-même – ce qu’il faut à tout prix éviter.

 

Julie Fradkoff, psychologue travaillant auprès d'enfants et adolescents